Le Sucre fait-il Grossir ?

Combien de fois entend-on par jour « attention, ne mange pas trop de ça, c’est très sucré, tu vas grossir ! » ou ne voit-on pas des premières pages de magazines diabolisant le sucre ?!… Mais en fait, quels sont ces aliments « sucrés » ? Qui sont ces « glucides » dont on parle tant ? Et qu’en est-il réellement, le sucre nous fait-il grossir ?

C’est pour lever le voile sur les glucides, ces pauvres composés organiques à qui on en fait voir de toutes les couleurs, et surtout pour qu’enfin nous cessions de se fixer sur ce que j’estime à ce jour être un faux problème que j’ai décidé d’écrire cet article.

Tout d’abord, quels sont les carburants de notre corps ?

Le corps fonctionne grâce à différents éléments organiques, les lipides (le « gras ») qui est nécessaire au cerveau, les protéines qui aident par exemple nos muscles à se former et aux glucides (les « sucres »). Et c’est à cette dernière catégorie que nous nous intéressons aujourd’hui.

Allez, un peu de barbarisme, si nous devions résumer tout ça, nous dirions que :

Le moteur de nos cellules est l’ATP

Derrière ce terme barbare se cache LA molécule commune à tous les être vivants, qui nous permet à tous de respirer, marcher, penser, faire du sport ou juste lire un bon livre au coin du feu 🙂 Bref, c’est la molécule absolument essentielle à notre vie.

Et qui sont ces glucides ?

Les glucides, autrement dit « les sucres », se décomposent :

  • en sucres simples : avec le sucre blanc (le sucrose) qui provient du maïs ou encore le sucre des fruits (le fructose) dont nous avons besoin pour une alimentation saine;

 

  • en sucres complexes : ce sont des sucres simples reliés entre-eux qui forment alors des chaînes. Ces sucres sont présents dans le maïs, les pommes de terre, le riz ou encore les légumineuses.

 

Que se passe-t-il quand nous en mangeons ?

Quand nous mangeons des sucres, ceux-ci sont digérés par notre estomac, nos intestins et donnent ce qu’on va appeler le glucose (une autre forme de sucre si vous préférez).

Et à quoi sert le glucose ainsi formé ?

-Roulement de tambour…-

A fournir de l’ATP !!! La fameuse molécule nécessaire à tout notre métabolisme.

-Au passage, cette réaction s’appelle la glycolyse. C’était la petite info en plus, c’est gratuit-

La boucle est bouclée, ouf !

Maintenant, on dit souvent que le sucre fait grossir, pourquoi ?

Comme notre corps est bien fait, il est capable (notamment notre foie et nos cellules musculaires) de stocker du sucre sous forme de glycogène, pour les futurs besoins (une séance de sport par exemple). Ceci n’est en aucun cas une source de gras !

VachePar contre, il existe un phénomène, du joli nom « néo-lipogenèse », qui est le processus de création de gras à partir de sucre. Cette activité est extrêmement efficiente chez certains animaux comme les cochons ou encore les vaches, qui grâce à ces capacités sont devenus de la nourriture pour les hommes. Par exemple, simplement à partir d’herbe, un végétal composé de « sucres », la vache en produit du gras pour son organisme. Cependant, les humains sont particulièrement inadaptés à ce processus ! Ainsi, la croyance populaire que le sucre devient du gras chez l’Humain se révèle totalement erronée et ce fait a été étudié plusieurs fois déjà, comme par le médecin John McDougall.

D’ailleurs, on a vu que le riz était une forme de sucre, du sucre complexe. Si l’affirmation « le sucre fait grossir » était vraie, le taux d’obèses chez les populations qui consomment beaucoup de riz comme les japonais serait impressionnant ! Or il n’en est rien.

C’est même « pire » que ça ! Il existe le régime alimentaire HCLF que je détaille dans mon article, basé à 80% sur les glucides (donc les sucres), qui permet de faire maigrir !

Peut-être auriez-vous envie de me dire « mais ça dépend du sucre, simple ou complexe? »

En fait des études récentes montrent que les sucres complexes ne sont ni meilleurs ni moins bons que les sucres simples, ils sont justes différents et complémentaires. Le sucre pris seul quel qu’il soit ne se transformera pas en gras.

Et c’est là que le bât blesse : comme nous l’avons vu, dans le mot « sucres » se cachent énormément d’aliments comme les fruits, les légumes, les légumineuses, les céréales…

Or nous avons associé la malbouffe (gâteaux industriels par exemple) au « sucré », en oubliant totalement tout ce qu’elle contenait d’autres (le gras, les additifs, les conservateurs…) et qui dérèglent nos métabolismes…jusqu’à l’obésité.

En conclusion, il faut bien comprendre que :

  • Ce ne sont pas les aliments sucrés pris SEULS (on exclut les combinaisons sucres/gras, ou produits transformés) qui vous feront prendre le moindre pet de gras;

 

  • Il y a des choses qui font bien grossir en effet, comme…le gras ! C’est drôle comme on l’oublie tout le temps celui-là et pourtant l’adage suivant est tellement vrai :

« Le gras que tu manges est le gras que tu porteras »

  • D’autres facteurs peuvent dérégler notre organisme le conduisant à stocker de la graisse mais ça…c’est dans de futurs articles !

 

  • Vous l’aurez compris par cet article, ne vous privez jamais d’un bon jus de fruit frais ou de fruits dit « très sucrants » par peur de prendre du gras !

 

J’espère que vous avez aimé cet article et qu’il vous en a appris plus sur le sucre ! J’ai volontairement été un peu dans le détail car pour s’amincir par exemple, il faut prendre le temps de comprendre comment fonctionne notre corps et l’alimentation

Or aujourd’hui personne ne sait comment il fonctionne, et cela nous rend tous totalement dépendants des magazines pour filles ou autres lobbys ! Mon objectif à travers cet article (et de prochains articles) est donc bien que vous compreniez votre corps, vos besoins, afin que vous deveniez indépendants et maîtres de vous-même !

Vous avez des questions, des remarques, des envies d’articles particulières ? Laissez moi un commentaire, j’y répondrai !

4 comments

  1. alainjpg dit :

    Bonjour,
    Dans des conditions « normales », la part de glucides convertie en gras n’est pas significative car le corps va métaboliser l’excès d’une part en stockant du glycogène et d’autres par une stimulation de l’oxydation glucidiques. En ce sens le Dr McDougall n’a pas tout à fait tort même s’il est volontairement simplificateur.

    En revanche, dans le cas d’une suralimentation répétée sur quelques jours, une fois les stocks de glycogène arrivés à saturation, l’oxydation ne suffit plus et le corps commence à stocker l’excès de glucides en graisse par le processus de lipogenèse de novo
    Je t’invite à regarder par exemple cette étude : http://www.conazucar.com/pdf/informes/sobrepeso/Glycogen-storage-capacity-and-novo-lipogenesis-massive-carbohydrate-overfeeding.pdf

    Il s’agit d’une suralimentation forcée et expérimentale mais elle répond à ta question : oui le corps humain est tout à fait capable de convertir le sucre en graisse et ce de manière significative.

    Après une durée de sous-alimentation (environ 1400kcal) de 3 jours riches à gras et avec exercices physiques afin de vider les stocks de glycogène, les sujets ont été sur-nourris pendant 7 jours (progressivement de 3600 à 4900kcal) avec une alimentation riche en glucides (86% glucides, 3% lipides, 11% protéines).
    Sur les 6 derniers jours de suralimentation, les sujets ont pris environ 580g de gras uniquement par lipogenèse de novo. Et environ 1,1kg de gras en tout car l’abondance de glucides bloque l’oxydation des lipides contenus dans l’alimentation (comme quoi, même 3% de lipides ça compte quand on mange beaucoup !).
    Puisque dans les premiers jours le corps refaisait ses stocks de glycogène d’une part, et que d’autre part l’apport calorique a été régulièrement augmenté, cette synthèse de novo a augmentée de manière progressive jusqu’à pouvoir métaboliser presque de 500g de glucides par jour !

    • Géraldine Audrerie dit :

      Merci Alain pour ce commentaire qui mérite de se repencher dans ce vaste sujet complexe ! 🙂
      Merci également pour cette étude que je ne connaissais pas, j’avoue être un peu étonnée sur le nombre de participants (seulement 3 hommes ?) qui, c’est vrai, a en général peu de crédit dans les études scientifiques (où un « n » sérieux est au minimum de 100 individus). En tout cas l’étude a le mérite d’exister, et même si c’est avec 3 personnes, c’est toujours intéressant d’en lire les conclusions.

      Dans la mesure où il s’agit d’une suralimentation forcée et expérimentale, je ne sais pas si l’on peut toujours parler de « conditions naturelles », et c’est sûrement de quoi parlait McDougall dans son étude (je te rejoins sur la conclusion).
      Merci donc pour la nuance très intéressante que tu as apporté à mon article qui se voulait volontairement « simple » dans un premier temps. Je pense me repencher en détails sur le sujet pour affiner mes prochains articles 🙂

  2. Tigresse dit :

    En fait, dans l’expression « le sucre fait grossir », on pense généralement le sucre blanc lui-même et toutes les sucreries (pâtisserie, bonbons,…). Leur principal défaut est qu’ils ont un index glycémique élevé.

    C’est l’insuline la principale responsable qui transforme le glucose en graisse de réserve. L’objectif est de faire baisser la glycémie.
    Dans un premier temps, avec ce glucose qu’elle trouve dans le sang, l’insuline va reconstituer les stocks de glycogène des muscles et du foie. Quand ces réserves sont saturées, il faut bien caser le reste quelque part ! Donc, le reste du glucose inutilisé est transformé en graisse. (en simplifiant)
    Si tu manges des sucreries, t’as un gros paquet de glucose qui arrive direct dans le sang. Donc ton corps est en pleine effervescence parce qu’il faut bien caser tout ça quelque part, dans la précipitation. ‘Oh, tiens, les hanches, on va pousser un peu là dedans ! » 😀
    Si, au contraire, tu manges des glucides complets, les fibres vont ralentir le passage du glucose dans le sang. Donc, l’insuline se dit : « Wé, tranquille ! » et remplit les rayonnage (les réserves de glycogène) au fur et à mesure qu’ils se vident.
    C’est aussi pour ça que tu as moins vite faim quand tu manges des trucs complets
    Bon, après, chaque personne est différente, il y a des métabolismes qui stockent la graisse + facilement que d’autres

    Je pense que ce cours, qui explique tout le fonctionnement des différentes molécules dans le corps, t’intéressera certainement : http://www.chups.jussieu.fr/polys/biochimie/REbioch/index.html

    Quand au docteur McDougall, il veut supprimer tous les apports gras (huiles, fruits oléagineux). Or, un minimum de graisses sont nécessaires au fonctionnement du corps (pour les acides gras, les vitamines liposolubles,…)

    • Géraldine Audrerie dit :

      Bonjour Tigresse et merci pour ce commentaire !
      En effet un des problèmes aujourd’hui est la glycémie (qui mériterait un article à part entière tant le sujet est important) qui grimpe en flèche avec les sucres blancs seuls. Après je pense qu’il serait bon de prendre des pincettes avec ce sujet car si on écoutait les médecins, il ne faudrait donc plus manger de fruits qui sont connus pour faire grimper la glycémie ! Et je dis ça car j’en connais qui justement ont déconseillé les fruits à des proches à moi…

      Concernant la transformation de sucres en graisses, j’attends une preuve concrète que l’humain est capable de le faire à partir du sucre et uniquement du sucre ahaha :p
      Car ce que je vois et ai expérimenté, c’est que le sucre simple, certes loin d’être top pour notre santé (nous nous rejoignons totalement là-dessus) ne se transformerait pas en gras pour autant. Et qu’il s’agit plutôt d’un amalgame avec les produits industriels (kit kat etc) contenant certes des sucres simples ET des gras qui font donc grossir.
      Je te remercie de la source, je sors justement d’un Master de Jussieu avec une licence en Science et Vie où j’étudiais la biochimie (et où il est effectivement dit que l’Homme pourrait transformer le sucre en gras…) 😉

      Enfin, McDougall dit en effet qu’il vaut mieux éliminer les huiles mais je ne me souviens pas qu’il dise de supprimer les oléagineux (noix, noisettes etc)… Dans tous les cas, je préfère aujourd’hui privilégier le gras le moins transformé donc les oléagineux directement et l’huile de coco qui est à part (car très peu transformée contrairement à la différence entre une olive et l’huile d’olive).

      Bref c’est un sujet loin d’être simple, où les amalgames se font vite et j’essaye jour après jour suite à mes études et mes expériences de dénouer tout ça 🙂

Laisser un commentaire