La survie de la Terre au bout d’une fourchette

Aujourd’hui, 22 Avril 2016, c’est la Journée de la Terre !

A cette occasion, il me semble nécessaire de rappeler que justement… Notre Terre ne va pas très bien, voir pas bien du tout. Dérèglement climatique, diminution drastique de la biodiversité, augmentation des catastrophes naturelles… Aujourd’hui, on sait tout ça, les preuves scientifiques et témoignages s’entassent, inutile donc de s’attarder dessus.

Non moi, ce qui m’intéresse en tant qu’Etre Humain, simple citadine et témoin de mon époque, c’est comment je peux concrètement aider pour la survie de la Terre.

Et si je vous disais que la survie de la Terre (et de l’espèce humaine au passage) tient au bout de votre fourchette ?

Et si je vous disais que vous pouviez y faire quelque chose, chacun de vous ?

Pour cela, devenez végétarien !

Vous ne pourrez pas agir plus concrètement, directement et simplement qu’en diminuant votre consommation de produits animaux.

NB: à terme, j’encourage tout le monde à adopter un régime alimentaire de type végétalien mais comme je sais que ce n’est pas forcément évident, j’ai fait le choix dans cet article de parler tout d’abord de végétarisme, qui peut présenter une première étape.

 

végétarisme

Pourquoi ?

Personnellement, je suis devenue végétarienne (puis végétalienne) tout d’abord pour les raisons écologiques, que plus personne ne peut ignorer ou remettre en question. Je vous partage mes raisons d’avoir arrêté la consommation de produits animaux ici justement.

Quelques chiffres que je vous partage ici m’ont fait beaucoup réfléchir :

effet de serre élevage

  • Aujourd’hui, dans le monde, l’élevage constitue le secteur qui émet le plus de gaz à effet de serre (14,1% par an). C’est plus que tous les autres secteurs industriels réunis, plus que les avions, plus que les 4×4 ou encore infiniment plus que les feux de cheminée…! Et c’est ce gaz  à effet de serre qui entraîne le réchauffement climatique que l’on connaît aujourd’hui.

 

1 milliard d'animaux

  • Chaque année, ce sont 66 milliards d’animaux élevés pour la consommation de viande, sachant que pour 1kg de viande il faut 15 500 L d’eau, c’est aujourd’hui le secteur alimentaire qui consomme le plus d’eau dans le monde.

 

terres agricoles détruites

  • 75% des terres agricoles du monde est destiné à faire pousser la nourriture pour notre cheptel mondial ! Imaginez un instant la mapmonde déroulée devant vous, les terres émergées… imaginez maintenant en couleur que les 3/4 de ces terres sont uniquement dédiées à l’élevage…Autant vous dire que les dégâts sont effroyables : déforestations massives des terres en Amérique latine, populations humaines privées de leurs terres de leurs droits, faune et flore sauvages massacrées au profit de monocultures le plus souvent OGM…Ça fait froid dans le dos non ? Pourtant, c’est réel et ça se passe en ce moment.

elevage porcs pollution

  • Et si les pollutions s’arrêtaient là ! Mais non, les déjections des élevages intensifs finissent par polluer les sols et eaux alentours (nitrates), contaminant gravement les écosystèmes.

 

Comment ignorer cette réalité ? En tant que future ingénieur écologue c’était tout simplement impossible pour moi, je savais que ma vie, mon engagement ne serait qu’hypocrisie si je n’étais pas capable de passer à l’action. Car ce qui est le plus beau dans tout cela, c’est que tout le monde peut passer à l’action.

Un soir, revenue d’une conférence de Maxime Ginolin accompagné par des spécialistes (notamment des médecins), j’ai compris que l’enjeu était encore plus vaste (est-ce possible ?) que l’environnement.

Deux autres sphères apparaissaient soudain : la santé et l’éthique.

Après plusieurs mois d’études à travers des documentaires, des articles, des conférences, une évidence me sautait soudainement aux yeux : Obésité, maladies cardiovasculaires, cancers du sein, de la prostate, maladies auto immunes… toutes ces maladies « du siècle »… tout cela était directement lié à la consommation de viande !

Sans parler de l’éternel « petit bourrelet du ventre » plus anodin dont je n’arrivais pas à me débarrasser malgré de nombreuses heures de sports ! 

Je me pose aujourd’hui sincèrement une question : comment peut-on vraiment croire que manger de la viande est encore sain aujourd’hui dans nos sociétés occidentalisées, lorsqu’on sait que le bétail mondial représente le plus gros consommateur d’antibiotiques au monde ?!

documentaire végétarisme

Pause bon plan : au sujet de la santé, je vous conseille vivement ce qui est pour moi LE meilleur documentaire actuellement, facilement trouvable sur internet : Forks Over Knives (« La santé dans l’assiette ») de Lee Fulkerson, sorti en 2011.


Concernant l’aspect éthique, en tant qu’omnivore, je n’avais strictement aucun problème à imaginer une vache, sur une sorte de tapis roulant qui se faisait zigouiller en quelques secondes. Je me disais que ce n’était pas si terrible que ça, que ça ne prenait que quelques instants, le temps de dire « ouf ! » et on n’en parlait plus.

J’étais tellement, tellement loin d’imaginer la réalité

Encore aujourd’hui, toutes les images et les cris en tête, je ne peux, je ne veux pas croire en de telles monstruosités humaines. Et parfois je me surprends entre deux témoignages ou articles, à découvrir des techniques qui relèvent de la torture pure et simple que je ne pouvais tout simplement pas imaginer.

Je mets tout simplement au défi qui que ce soit de rester impassible face aux images de tortures que j’ai vues, qui sont disponibles dans de nombreux documentaires et qui, et j’insiste vraiment sur ce point, sont les mêmes quelque soit les pays, quelque soit les filières (la filière « biologique » ne bénéficiant que d’une vague réglementation plus stricte à ce sujet). En effet, en admettant que certains producteurs sont respectueux de leurs animaux, il ne faut pas oublier qu’il n’y a actuellement pas de « mise à mort » décente.

Le meurtre d’un être vivant pour quelque minutes de plaisir gustatif n’est tout simplement pas décent

cows

Personnellement, je ne regarde plus ces images, j’ai en quelque sorte « eu ma dose » et cela ne m’apporterait plus rien. Néanmoins, c’est en ayant visionné ces vidéos que j’ai compris l’étendue du mensonge et de propagande qu’il existait autour de l’élevage, c’est en voyant ça que j’ai eu le déclic. Donc je ne conseillerai ni ne déconseillerai qui que ce soit, je pense que cela doit venir d’une démarche personnelle et consciente.

Écologie, santé, éthique… Tout est lié.

Aujourd’hui, l’élevage touche absolument LE MONDE ENTIER. Arrêter la viande n’est donc pas une sorte de « crise de hippie » mais vient d’une véritable conscience du problème dans son ensemble. Je parlais des images et sons des élevages que je n’oublierai pas, mais je n’oublierai jamais non plus celles de tant d’hommes et de femmes se battant pour sauver leurs derniers hectares de terrains contre les industries agroalimentaires.

Bon, d’accord, mais concrètement je fais comment moi pour devenir végétarien ?

Première chose, je vous conseille de ne pas annoncer dès le début de votre changement de régime alimentaire à votre entourage que vous souhaitez devenir végétarien. Il vous sautera dessus sans que vous n’y soyez préparé, vous rétorquera la fameuse palabre « mais, tu vas manquer de protéines! ». Aaaah cette phrase, elle m’a terrorisée à une époque, maintenant, qu’est-ce qu’elle me fait rire ! Ah on ne se demande jamais si la personne moyenne qui va manger au Mactruc ou qui se fait des plats surgelés 3 fois par semaine a des carences…mais alors si on arrête la viande au profit d’aliments végétaux… « Mon dieu ! »

Le plus ironique dans tout ça c’est que quasiment tous les « omnivores » sont carencés du fait de leur trop faible consommation d’aliments d’origine végétale justement… Mais bon ça, on ne leur dit pas

Trêve d’ironie ! Seuls 5% des protéines ingurgités par l’animal durant sa vie se retrouve dans votre corps quand vous mangez de la viande. Autant dire, peanuts ! En revanche, de nombreux aliments d’origine végétale (et légumineuses notamment) pourront vous apporter autant si ce n’est plus de protéines !

Je peux témoigner : je n’ai jamais eu une aussi belle prise de sang (aucune carence, tout les taux « parfaits ») que lorsque je suis devenue végétarienne !

Bon ok, vous avez la volonté, mais vous ne savez tout simplement pas comment vous y prendre ?

devenir végétarienAlors moi je vous conseille ceci : voyez-le comme un défi, comme un jeu. Commencez par un jour de végétarisme dans la semaine, faites-vous votre propre expérience. Prenez le temps d’apprendre et de prendre de nouvelles habitudes de cuisine, d’achats dans les supermarchés. Qu’importe le temps que cela prendra, tant que vous êtes en mouvement vers quelque chose de meilleur.

 

Si vous lisez encore ces lignes c’est que vous voulez vraiment changer les choses, pour vous, et pour la planète. Rien que pour ça : vous pouvez être fier de vous car vous faites partie de ce petit pourcentage qui décide de voir plus loin que ce qu’on vous a inculqué de force quand vous étiez jeune. Alors déjà, rien que pour ça :

BRAVO

Enregistrer

4 comments

  1. angélique postollec dit :

    Juste un merci pour tes articles très intéressants que je compte mettre en place du mieux que je pourrai…j’ai déjà quelques bases mais tes expériences et conseils vont beaucoup m’aider 😉 continues c’est top !

    • Géraldine Audrerie dit :

      Merci à toi pour ce commentaire qui me touche beaucoup ! 🙂 Si tu t’interroges particulièrement sur certains sujets en lien, n’hésite pas à m’écrire et j’en ferai peut-être un article ! 😉

  2. Malaury dit :

    Etant diététicienne végétalienne, j’ai aussi encore bcp de mal avec « l’équilibre » alimentaire dicté actuellement et je te rejoins complètement sur « comment peut-on vraiment croire que manger de la viande est encore sain aujourd’hui » ?
    J’espère vraiment que le végéta*isme constituera notre avenir proche ! 🙂

    • Géraldine Audrerie dit :

      Je te remercie pour ton commentaire Malaury ! 🙂 Tous les jours je vois que les choses changent au niveau de l’alimentation, que les personnes s’interrogent de plus en plus, s’ouvrent à l’alimentation végétale… Donc j’ai bon espoir ! 🙂

Laisser un commentaire