Jeûner à la maison 5 jours, pour maigrir ?!

Vous avez aimé mon 1er article sur le jeûne ? Aujourd’hui je reviens avec une nouvelle expérience, ou comment jeûner à la maison 5 jours !

Jeûner pour maigrir ?

En 2013, environ 2,1 milliards d’humains souffraient d’obésité ou de surpoids ! Parmi tous les régimes « miracles » qui existent, certains pensent au jeûne. Lors de celui-ci, on force son corps à puiser dans ses réserves d’énergie pour obtenir le ravitaillement dont il a besoin pour continuer à fonctionner. Donc en effet, on maigrit.

Et pourtant, attention ! Le jeûne à l’eau (thérapeutique), même s’il permet de faire perdre quelques kilos, n’est pas un régime ! En effet, une reprise de poids a souvent été constatée. A long terme, il peut aider à perdre des kilo dont on n’arrive pas à se débarrasser mais celui-ci nécessite absolument une modification de son style de vie, en adoptant des habitudes alimentaires saines et la pratique d’exercices physiques.

Il existe d’autres méthodes plus douces et plus durables pour maigrir comme le jeûne alternatif qui consiste à manger normalement un jour sur deux et à réduire ses apports le jour suivant.

Lors de ce jeûne, mon objectif n’était donc pas spécialement de maigrir.

Pourquoi jeûner 5 jours ?

Suite à mon premier jeûne de 3 jours dont je vous partageais mes ressentis (ici), je souhaitais relever le défi de le faire cette fois plus longtemps, 5 jours !

Le jeûne, pratiqué depuis des millénaires par les Hommes, est aujourd’hui redécouvert timidement par le milieu scientifique comme excellent moyen pour se désencrasser.

Se désencrasser de quoi  ? me demanderez-vous

Aujourd’hui, notre alimentation (et même d’origine végétale comme la mienne qui comporte quand même des produits gras) contient des molécules que nos enzymes ne peuvent pas dégrader. De grosses molécules s’accumulent alors dans notre intestin, modifiant la flore bactérienne qui va devenir une flore de putréfaction (miam!). Ces molécules (alimentaires et bactériennes) agressent la muqueuse de l’intestin grêle qui devient alors perméable et  les laisse traverser  vers le sang. Celles-ci se déposent dans divers tissus et encrassent l’organisme. Bref, on est « encrassé » et cela peut se voir de différentes façons : cheveux gras, boutons, rhumes à répétition qui mettent du temps à partir, mauvaise humeur et à long terme si rien n’est fait cela peut aboutir à des choses bien plus graves comme des tumeurs…et des cancers.

De mon côté, je voulais retenter l’expérience pour assainir tout ça : mes cheveux, ma peau, mon humeur et pour mieux repartir après, avec une relation plus saine avec la nourriture. Bref je voulais laisser un temps de repos à mon ventre pour permettre à mon corps de mieux se réparer.

 

Pourquoi jeûner à la maison ? Les conditions

Depuis mon dernier jeûne où j’avais quelques peu négligé les conditions (j’en parle dans mon 1er article), cette fois je mise sur le top : 4 jours de congés qui s’annoncent ! Je peux donc jeûner à la maison. Et 4 jours ensoleillés qui plus est. Le dernier jour se fera au travail. Depuis 1 bonne semaine je ne cuisine quasiment plus, je ne vais plus faire les courses et je mange de moins en moins. Bref les placards étant vides, mon estomac habitué à réduire les quantités et le printemps qui s’annonce enfin, c’est le moment idéal !

En effet, les 2 meilleurs périodes pour jeûner sont l’automne et le printemps, et le nettoyage de printemps, ça concerne aussi notre propre corps !

Je ne répéterai pas les erreurs de la dernière fois : exit l’alcool avant de jeûner et surtout exit le thé durant le jeûne !!

 

Dans la partie suivante, tous les éléments en violet correspondent à des sensations bien particulières que j’ai vécues durant ce jeûne, pour vous aider à les repérer facilement. Bonne lecture !

Mon expérience

Jour 0 : Ce mercredi midi (au travail) est mon dernier repas avant le jeûne, ça sera soupe aux légumes et une banane !

Le soir j’ai comme une légère fringale et des doutes sur ce jeûne, je me demande si je vais tenir mais je tiens : et une tisane au tilleul/menthe, une !

Nuit : RAS.

Jour 1: J’ai envie de manger, je me réveille avec cette légère angoisse du « oh mon dieu dans quoi me suis-je lancée déjà ! » alors je saute sur mes livres sur le jeûne que je dévore (eux c’est autorisé) et qui me rassurent et me boostent à fond !

Voici les 2 très bons livres qui m’ont servi de guide pour mes jeûnes.

Pour information, si vous souhaitez les acheter via les liens que je mets ci-dessous, une petite partie me sera reversée et vous contribuerez ainsi à me soutenir dans mes articles. Merci

Pour découvrir ces livres, cliquez directement sur les images !

Dans le livre « Les surprenantes vertus du jeûne » de Sophie Lacoste, je découvre qu’il est conseillé de prendre un mélange détox pour se purger des aliments qui restent dans le corps de la veille. Comme cela accélère leur sortie, le corps passe plus vite sur ses réserves et donc le processus du jeûne commence d’autant plus tôt. Ça tombe bien, j’ai exactement ce qu’il faut pour ça : il s’agit d’un mélange contenant du sulfate de magnésium, connu pour ses vertus « purgatoires ». J’en prends 2 cuillères à café dans un verre d’eau, le goût est infect, je comprends pourquoi il permet « l’élimination » !!!

C’est jeudi, nous sommes férié, je me dis que quitte à faire le ménage dans mon corps, autant aussi le faire dans mon appartement! Donc le matin je fais un bon ménage sans m’exténuer pour autant et en me permettant des pauses câlins avec mon chat.

En fin de matinée, je sens de légères « faiblesses » dans mes membres,  un peu fébrile, cette fébrilité que l’on a quand on a fait beaucoup de sport et que l’on n’a pas mangé depuis longtemps.

Est-ce que mon organisme commencerait déjà à puiser dans ses réserves ?

Le midi : je prends une tisane à la queue de cerise/reine des prés/baies de cassis : bref un cocktail spécial « élimination » et drainage !


Instant glamour:  la tisane et le mélange detox du matin font leur effet sur le peu de bol alimentaire qu’il me restait dans le ventre…

Mon petit conseil : Dans ces cas là, autant être chez soi !


Mentalement, c’est assez difficile : je pense à la nourriture et j’ai tendance à « ronchonner » intérieurement malgré ma volonté. Je vais tenir !

Nuit du jour 1 à 2: Je me réveille avec des palpitations au cœur, j’ai des hauts le cœur et l’impression qu’on me laboure le ventre… encore une réaction due au sulfate de magnésium du mélange « Détox » qui en effet accélère l’élimination. Après 30 bonnes minutes tout se calme et je me rendors.

Jour 2: Je me réveille en pleine forme à 9h15, donc après pas mal d’heures de sommeil, je me sens extrêmement bien, autant physiquement que mentalement !

Je profite du soleil pour sortir me balader au parc et essayer de courir un peu. Inutile d’insister, dès que je commence à courir une douleur vive se fait sentir dans le bas du ventre à droite (lieu de l’appendice, organe de stockage de la flore bactérienne utile à la digestion) ? Cela est peut-être du à l’acidité extrême qu’il y a dans mon corps à ce moment. En effet le principe du jeûne est d’entrer en « acidose », le corps devient très acide et élimine toutes les mauvaises cellules. En tout cas ce n’est pas un point de côté, là cette douleur n’est pas gérable par la respiration, je dois donc m’arrêter très vite ! Au début j’enrage, je ne peux plus faire 1 seul tour de parc moi qui en faisait environ 5 sans m’arrêter avant…Mais je cesse vite de me comparer, cette situation là aujourd’hui est tout à fait exceptionnelle, et je décide donc d’écouter vraiment mon corps, je marche donc tranquillement puis me repose au soleil. Ça fait un bien fou !

La journée se déroule tranquillement entre lecture au soleil puis quelques achats et là je sens à quel point je suis fatiguée : mon corps est épuisé comme si j’avais fait du sport intense, je sens mes reins qui chauffent…à peine revenue chez moi je m’écroule pour 1h de sieste salvatrice !

Mentalement je tiens, parfois j’ai des envies de nourriture mais quand je vois tous les effets du jeûne au bout d’à peine 48h, je me dis que mon corps avait vraiment besoin de ce repos pour faire le ménage. Contrairement à mon 1er jeûne (de 3jours), je ne suis plus autant obnubilée par la nourriture et ne ressens plus du tout cette impression de « mâchoire qui s’écarte toute seule ».

Je remarque néanmoins quelque chose de très amusant (ou d’inquiétant !) : ma peau a un goût salé ! Encore un signe d’élimination de tout le sel que j’avais en trop dans mon corps…

Jour 3: après une très courte mais reposante nuit (en période de jeûne on dort généralement moins souvent mais mieux), je décide d’aller me balader. Comme la veille, je ressens un « point » sur le côté du ventre donc que je force pas, je me balade tranquillement en me concentrant sur tous mes sens : odeur de l’herbe fraichement coupé, vue des différents oiseaux du parcs… Mentalement, je me sens très reposée, très calme. Après une bonne douche, je me masse avec de la crème à l’arnica les jambes qui se durcissent. Après ça tout s’arrange. Cette journée se passe très bien, avec tout de même une légère faiblesse : clairement je ne peux pas faire grand chose de physique, je le sens et parfois j’oublie que mon corps est au ralenti, je me lève trop vite et ai la tête qui tourne légèrement.

Pas évident de s’adapter à ce rythme de tortue quand on a l’habitude de courir partout !

Je profite donc de l’après midi pour faire une activité manuelle tranquille : je fabrique mon propre parfum solide !

Contrairement à mon 1er jeûne, je vis beaucoup mieux l’absence de repas, mon ventre est littéralement « endormi » donc je m’amuse à savourer les odeurs de cuisine qui viennent jusqu’à moi, sans pour autant avoir envie de manger !

Je n’ai plus le « goût salé » sur ma peau, et mes yeux se sont légèrement éclaircis !

Jour 4: Nuit très reposante, je me lève d’autant de meilleure humeur que je sais que c’est déjà la dernière journée ! Je commence à sentir que ma langue est « chargée », signe très classique de désintoxication durant le jeûne.

Je me balade une grande partie de la journée dans un bois, je me sens calme et en paix.

Je me couche heureuse d’avoir fait le plus dur de mon jeûne, ce qu’il me reste c’est comme dans une séance de sport : plus que du plaisir !

Jour 5: C’est déjà lundi, je retourne travailler avec un corps quelque peu ralenti mais l’esprit on ne peut plus vif !

Lundi midi : Ça y est, 5 jours se sont écoulés depuis mon dernier repas, je me prépare donc pour ce midi mon repas de reprise (photo ci-dessous)…Et quel moment ! A chaque bouchée je redécouvre toutes les saveurs et les textures ! Instantanément, la petite douleur du ventre s’en va, preuve qu’elle était bien due au jeûne.

 Repas de reprise !

Mes conclusions :

 

  • Je ne reviens plus sur l’importance de bien préparer conditions. Ce jeûne s’est beaucoup mieux passé que le précédent en partie grâce aux meilleures conditions comme le fait de jeûner à la maison. Par exemple je n’ai plus du tout ressenti les tremblements que j’avais eu au premier, sûrement dues au thé ! Il est donc essentiel d’apprendre à jeûner.

 

  • Jeûner 5 jours m’a permis de me recentrer et de m’occuper entièrement de moi et de mon bien-être, ce qui m’a été très bénéfique.

 

  • Jeûner pour maigrir n’était pas mon objectif mais m’a permis de retrouver une relation plus saine avec la nourriture : depuis ce jeûne, je n’ai plus envie de manger de choses grasses, les fruits et légumes frais me font plus envie, j’apprécie vraiment les goûts de chaque aliment quand je mange.

 

  • Je sens que ce jeûne m’a fait du bien physiquement mais surtout mentalement : je me sens de bonne humeur et prête à soulever des montagnes !

Je suis donc entièrement satisfaite de cette expérience et je n’hésiterai pas à la recommander et à la retenter !

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager autour de vous !

Vous avez des questions particulières ? Posez-les moi en commentaires, j’y répondrai au plus vite ! 

One comment

  1. […] vous souvenez sûrement de mes défis « jeûne de 3 jours » et « jeûne de 5 jours » et maintenant, j’aimerais revenir avec un jeûne que je pratique depuis déjà […]

Laisser un commentaire