3 jours de jeûne sec : mon témoignage, mes conseils

Après avoir réalisé plusieurs jeûnes hydriques et pratiqué le jeûne intermittent, j’ai eu envie il y a quelques jours de tester le jeûne sec. 3 jours de jeûne sec, c’est 72h sans boire ni manger quoi que ce soit.

Spoiler alert ! Cet article n’a pas vocation à vanter tous les bienfaits du jeûne et plus particulièrement du jeûne sec, il existe déjà de nombreuses littératures sur le sujet comme l’excellent livre de Yéléna Citor, très complet que j’ai découvert récemment (il est en vente sur Amazon, cliquez sur l’image si vous souhaitez en savoir plus).

Ce livre explique tout : ce qu’est le jeûne, le jeûne hydrique, le jeûne intermittent, le jeûne à travers les civilisations et religions… le tout constamment enrichit de nombreux articles scientifiques. Ce livre a été pour moi un vrai guide tout au long de mes 3 jours de jeûne sec. Pour avoir lu plusieurs livres sur le sujet, mon tout premier conseil est de tester celui-ci.

Livre de Yéléna Citor

Mais trêve de bavardage, venons-en aux faits :

Pourquoi ai-je décidé de jeûner ?

  • car si l’on croit le fait que la santé de la peau révèle la santé générale…l’état de ma peau de visage ne laissait pas présager une bonne santé de mes organes, et ce depuis plusieurs mois. Malgré une bonne hygiène de vie générale, ceux-ci sont apparus lors de forts changements dans ma vie et ce n’est pas vraiment un hasard. Malgré mes efforts, l’acné perdure, à des zones qui correspondent à une mauvaise santé de l’estomac, les reins ou encore du côlon (j’explique ça juste après ).

 

  •  Parce que je me suis sentie écœurée par toute la nourriture peu saine que j’ai mangée ces derniers temps : confinement oblige, et encore plus chez ses parents, c’était gâteaux, chocolat, plats assez riches et fromage à gogo. Autant de choses qui, je le sentais, “m’encombraient” et surtout m’éloignaient de plus en plus de l’alimentation équilibrée que je souhaitais adopter.

 

  • Car ces derniers jours (toujours confinement oblige ?! Décidément, je lui en mets sur le dos ) j’ai réalisé que je mangeais par sentiments. Je mangeais des quantités énormes de nourriture sans ne plus savoir m’arrêter, jusqu’à en avoir mal au ventre. Comme si je cherchais à remplir un vide affectif par de la nourriture…

 

Pourquoi le jeûne sec et non le jeûne hydrique ?

  • Car j’ai lu qu’un seul jour de jeûne sec équivalait à 3 jours de jeûne hydrique en termes d’efficacité ! La fin du confinement étant proche et mon travail me prenant pas mal d’énergie, je n’ai pas beaucoup de temps à y consacrer donc ça tombe bien.

 

  • Un jeûne sec était particulièrement pertinent pour la guérison de certains organes comme les reins. Si l’on en croit le face mapping (méthode qui expliquerait la cause de nos boutons sur le visage par rapport à leur emplacement), mes reins semblaient fatigués.

 

  • Paradoxalement, parce que j’avais eu l’expérience de tester le jeûne « à peu près » sec déjà (je buvais juste un petit verre d’eau le soir), et que la faim m’avait semblée moins présente que lors d’un jeûne hydrique (il faut savoir que je suis une grande gourmande donc gérer l’absence de nourriture a toujours été une épreuve pour moi).

 

Convaincue des fabuleux bienfaits du jeûne, et ayant déjà pratiqué plusieurs types de jeûnes (hydriques, intermittents secs…), je me suis dit que, quitte à être confinée, ne plus pouvoir sortir et boire un verre avec ses amis, autant en profiter pour offrir une pause bien méritée également à son organisme.

Allez, let’s do it comme dirait l’autre !

 

Lundi midi : 1er jour de jeûne sec

Je prends comme dernier repas simplement un velouté de légumes (carottes, poivrons, courgettes) à 12h30. A 13h30 je bois mon dernier verre d’eau dans lequel j’ai mis une cuillère de bicarbonate de sodium, qui va atténuer l’acidose, ce qui est très utile surtout quand, comme moi, on a eu une alimentation riche en glucides juste avant.

 

Les premières heures jusqu’au soir, rien à déclarer, je me sens bien. Un léger gargouillement arrive vers 20h puis disparaît assez vite.

Nuit : je me suis endormie un peu plus difficilement que d’habitude (bon il faut dire qu’en temps normal je m’endors en moins de 10 minutes donc il n’y a pas de mal ). Ma nuit a été relativement agitée avec des rêves très « clairs » (qui ressemblaient davantage à des pensées qu’à des rêves, comme si je ne dormais pas vraiment). S’en est suivi une belle petite insomnie entre 2h et 4h du matin, pendant laquelle je me suis surprise à philosopher avec des personnes en ligne, c’est improbable comme mon esprit était vif !

coucher de soleil veggie-fitRéveil : je me suis réveillée avec une sensation de chaleur partout dans le corps, et un peu de fourmillements dans les membres. Pas de migraine (youpi!) mais de la tachycardie.

Après avoir pris une douche plutôt fraîche je ressens pendant des heures des frissons de froid…peut-être est-ce dû au fait que mon corps a déjà « en temps normal » du mal à gérer les différences de températures…?

Moi qui fait normalement du sport à haute intensité, je privilégie tout au long de ce jeûne du yoga avec des poses douces.

 

2ème jour de jeûne sec

C’est une journée étrange pendant laquelle je n’ai pas pu être très attentive à mes ressentis tellement j’ai de travail. J’enchaîne des réunions importantes, et même si physiquement je me sens un peu faible, mon esprit est assez vif et clair. Étonnamment alors que je redoutais cette journée je me sens plutôt bien, de bonne humeur.

C’est incroyable, alors que lors du jeûne hydrique la faim me tenaillait en permanence, là je n’en ressens aucune, plus une seule nourriture ne me fait envie !

La soif apparaît très ponctuellement, mais n’est absolument pas dérangeante, je pense vite à autre chose.

Nuit : Comme la nuit précédente, je fais des rêves assez agités et une encore une insomnie… il est amusant de remarquer l’énorme contraste entre les journées où je me sens plutôt détendue, joyeuse et calme, et les nuits où je suis prise d’impatience, d’inquiétude et de pensées négatives.

Réveil : le lendemain matin je me sens assez fatiguée, j’ai toujours les mêmes symptômes décrits avant.

 

3ème et dernier jour de jeûne sec

La journée se passe plutôt bien, je fais tout au ralenti car le moindre mouvement brusque me donne des vertiges, donc il faut s’autoriser à tout…faire…len…te…ment. Phase « paresseux » activée !

paresseux zootopia

Nuit : sûrement la pire depuis le début. Je me couche avec des douleurs aux jambes et aux hanches (les articulations ?), des sensations de picotements chauds un peu partout, j’ai la bouche sèche. J’arrive à dormir quelques heures (toujours avec des rêves agités) puis je suis prise d’une insomnie de 2h à 5h30 du matin avec ces douleurs, constamment présentes, entêtantes. Je tente de marcher, de faire quelques étirements qui me font un peu de bien.

Réveil : je me réveille avec la bouche très sèche, je rêve de boire. Quand j’avale ma salive (il est très important d’avoir toujours de la salive ! C’est un signe de non déshydratation, autrement il faut arrêter le jeûne sec) cela me fait presque mal à la gorge, j’ai d’ailleurs un petit goût de sang dans la bouche. Ma tête tourne vite, je fais donc mon yoga très doucement et cela me fait énormément de bien, je suis à deux doigts de m’endormir à chaque pose ! Mes yeux sont creusés j’ai vraiment une tête fatiguée. Ma langue est -évidemment- assez blanche, signe de détox.

Il reste quelques heures avant d’atteindre 13h30, la fin de mon jeûne sec. En attendant je sors me promener, et monter des marches d’escalier me semble aussi énorme que gravir une montagne. Mon mental est assez clair, détendu mais parfois un peu terni par la mauvaise nuit que j’ai passée et par les douleurs qui ne cessent plus. J’ai hâte de terminer ce jeûne.

La rupture du jeûne sec

Vers 14h, le temps est magnifique, le soleil brille. Je sors m’acheter de l’eau de coco.

Comment rompre le jeûne ? Voici ce que j’ai testé : commencer par boire de l’eau (j’ai choisi l’eau Montcalm pour sa faible densité en sodium) puis varier les plaisirs avec l’eau de coco. Il faut savoir que pendant le jeûne sec, des hormones sont activées pour retenir au maximum toute l’eau et le sodium, donc quand on recommence de boire il faut le faire très, très, très doucement, pour que le corps comprenne progressivement qu’il peut « désactiver » ces hormones. Pourquoi l’eau de coco? Après avoir vu une vidéo de Thierry Casasnovas qui, -quoi qu’on pense de lui-, est quelqu’un de très calé sur le sujet, dans laquelle il recommande l’eau de coco, j’ai voulu tester. Celle-ci permettrait de reminéraliser l’organisme sans lui apporter de sodium.

Je m’installe sur un pont près de chez moi, au soleil, je me sens heureuse. Je bois ma première gorgée… c’est une libération. Je crois avoir failli pleurer de joie. Pas que ma situation était désespérée, mais plutôt de redécouvrir quelque chose d’aussi simple qu’apporter de l’eau à son corps. Je me souviendrai toujours de ce moment je pense.

rompre le jeûne veggie-fit eau montcalm

La tant attendue et rêvée : l’eau !

 

Évidemment même en essayant d’y aller très doucement il faut croire que j’ai bu trop d’eau et d’eau de coco car seulement 40cl et 1h plus tard j’ai senti mon ventre tendu comme si je venais de me faire une raclette ! L’effet est parti en 2 heures environ, rien de grave, juste pas très agréable comme sensation.

J’ai senti progressivement que l’énergie me revenait, ou alors était-ce juste la joie d’avoir réussi à tenir mon objectif : 3 jours de jeûne sec ?!  Je ne sais pas mais toujours étant que je me suis retrouvée dans l’après-midi à laver toutes les vitres de mon appartement, les miroirs, les poignées de portes…avant de passer à des murs !

J’étais donc en jeûne hydrique à présent, restait à rompre le jeûne hydrique avec la reprise de l’alimentation.

 

La rupture du jeûne hydrique

Le soir, c’est décidé, je vais casser mon jeûne en me réalimentant. J’ai vu sur le conseil de Yéléna Citor que la soupe de poisson semblait tout à fait appropriée pour apporter des protéines à l’organisme et du bon gras. Jusqu’ici j’avais toujours rompu mes jeûnes avec beaucoup de glucides (des fruits, des céréales)…et je dois dire que ça ne m’avait pas trop réussie, je m’étais jetée dessus comme la pauvreté sur le monde et assez vite après les envies de sucre étaient très fortes. Donc malgré mon opposition à remanger si vite du poisson, j’ai décidé de faire les choses bien et de permettre à mon organisme de se remettre de cette aventure du mieux possible pour continuer à en tirer tous les bénéfices.

soupe de poisson veggie-fit jeûneJ’ai utilisé cette recette de soupe de poisson, très simple pour une non-spécialiste de la cuisine de poisson comme moi

Les premières gorgées ont été un vrai bonheur. Comme si la vie me revenait (je pense qu’au moment de rompre le jeûne j’étais dans la phase la plus basse, normalement quand on continue on a ensuite un regain d’énergie que je n’ai pas eu le temps de vivre ici), mais en mieux, en plus beau, en plus coloré.

Je me suis couchée heureuse, parfaitement bien, avec encore quelques légères douleurs articulaires mais beaucoup plus discrètes.

 

 

Mes conseils pour 3 jours de jeûne sec

Jeûner, c’est une aventure personnelle aussi banale qu’extraordinaire. Banale car elle ne demande pas de tout quitter, de partir à l’autre bout du monde avec son sac à dos et n’est pas forcément très instagrammable…et pourtant extraordinaire car elle requiert de puiser ses ressources physiques et mentales tout au fond de soi, de se challenger tout en apprenant à écouter son corps.

 

Jeûner c’est se renforcer physiquement et mentalement, gagner une de confiance en soi et en ses capacités, autant de choses essentielles qui resteront à vie.

 

Si ce chemin vous anime également, voici mes quelques conseils :

  • Le tout premier et évidemment le plus important : un jeûne sec de 3 jours ne s’improvise pas! Cela demande un peu d’entraînement et des pratiques progressives. Tout comme on ne se lance pas dans un marathon du jour au lendemain, il serait tout aussi fou de penser que l’on puisse cesser de manger et boire pendant 3 jours sans conséquences. Vous pouvez commencer en expérimentant le jeûne hydrique (ne plus manger mais continuer à boire de l’eau voir des tisanes), ou le jeûne sec sur quelques heures, puis en augmentant très très progressivement. Ce n’est pas une course, on va tous à son propre rythme 🙂

 

  • Pour la première fois j’ai testé le bicarbonate de sodium avant le jeûne et je dois dire que globalement j’ai ressenti beaucoup moins d’acidité et de symptômes que lors de mes jeûnes précédents, qui étaient pourtant sensés être moins « violents » car en hydrique. Donc je pense que je réitérerai ça et je le recommande !

 

  • La fatigue arrive au bout de 30 heures environ (cela dépend de beaucoup de facteurs), et même si l’on serait tenté de rester immobile dans son lit, il est très important de continuer à bouger son corps, et même si c’est au ralenti  Personnellement je faisais du yoga « doux » (principalement des étirements) tous les matins et environ 40 min de marche tous les jours. Cela m’a fait énormément de bien et empêchée d’avoir les jambes ankylosées comme ça avait été le cas lors d’un précédent jeûne où j’étais restée totalement immobile.

 

  • Évitez de vous exposer à des situations stressantes et faites attention à ce que vous regardez. Par exemple je ne souhaitais plus regarder de séries TV violentes ou un peu « négatives », ni les informations…le mental est assez suractif comme ça la nuit, on peut être davantage sensible durant un jeûne, inutile de lui ajouter ça.

 

  • Au contraire, c’est l’occasion idéale pour mettre en pause vos activités habituelles : profitez-en pour lire, vous balader, méditer, faire du coloriage, vous masser…n’importe quelle activité qui vous fera du bien

 

  • Essayez de trouver de quoi vous sentir soutenu(e) : pour la première fois j’ai décidé de suivre les heures du jeûne à travers une application smartphone. J’ai téléchargé l’application gratuite « TrackerdeJeune » qui est simple. Même si je trouvais ça un peu ridicule au début (après tout il suffit juste de regarder l’heure à laquelle on commence le jeûne, on ajoute « + 3 jours » et c’est fini) je dois dire que cette application m’a beaucoup aidée, c’est un soutien psychologique énorme ! Autre possibilité : rejoindre des groupes en ligne de jeûneurs comme l’excellent groupe Facebook « jeûne hydrique et sec: guérison et renforcement de l’organisme » qui est une mine d’or d’informations et dans lequel les participants sont particulièrement bienveillants… et pourquoi pas vous faire un « ami de jeûne » à qui vous pourrez partager vos ressentis jour après jour ! C’est ce que j’ai fait, et savoir qu’on n’est pas seul et qu’on est compris dans ces moments est très encourageant.

trackeur de jeûne veggie-fit jeûne sec

Voici un aperçu de l’application que j’utilisais, quelle satisfaction de voir les 72h passées !

 

Et je ne le répéterai jamais assez, un jeûne ça se prépare, ce n’est pas quelque chose à prendre à la légère et en même temps c’est une formidable occasion de renouer une connexion à soi, à son corps, à lui redonner les rênes de son incroyable pouvoir. Avant de vous lancer renseignez-vous donc bien sur la préparation et sur la rupture du jeûne (phase que j’ai toujours tendance à zapper un peu, ce qui n’est pas top ! Mais j’y travaille ).

 

J’espère que cet article vous a aidé Si vous avez des questions posez-les moi en commentaires, et je ferai de mon mieux pour y répondre dans la limite de mes connaissances/compétences !

 

Avec Amour

 

Veggie-Fit.

 

2 comments

  1. Nelly dit :

    J’ai beaucoup apprécié votre article très intéressant ….une mine d’informations et écrit d’un ton léger et très agréable à lire. Toutefois j’ai une question au début vous parlez de bicarbonate de magnésium et ensuite de bicarbonate de sodium. il s’agit duquel alors?

    • Géraldine dit :

      il s’agissait du bicarbonate de sodium, à prendre en version « alimentaire » ! C’était une coquille de ma part c’est corrigé ^^

Laisser un commentaire